Tokyo 2020
Live
Finished
Loading
Mat A
Mat A
Mat B
Mat B
Mat C
Mat C
Loading

Lutte Féminine

Yasemin Adar récompensée par le Prix Mustafa Koç

By GİLA BENMAYOR

Mustafa Koç, homme d'affaires turc qui nous a quitté trop tôt, était l'un des plus ardents défenseurs de l'initiative "#HeForShe" des Nations Unies, dont le but est d'obtenir l'appui des hommes dans le combat pour l'égalité des sexes. S'il avait pu voir la lauréate du second Prix Mustafa V. Koç, organisé par Holding et le Comité National Olympique turc, il en aurait probablement été très heureux. 

Dessiné par Ivan Chermayeff et présenté par Caroline Koç, épouse de l'homme d'affaire décédé, le trophée a cette année récompensé la Championne du Monde de Lutte 2018 Yasemin Adar.

Elle est la première femme turque championne du monde de lutte. Yasemin, qui a également reçu la somme de 200,000 Lires Turques, est championne du monde pour la troisième fois d'affilée  (2016-2017-2018). Lorsque la Présidente du Jury Caroline Koç a annoncé l'attribution du Prix, elle a décrit Yasemin Adar comme “déterminée, disciplinée, et travaillant dur.” Après l'émouvante projection d'un film en introduction, le discours de la lutteuse a révélé la détermination d'une femme dans son choix de la lutte, généralement considérée comme 'un sport d'hommes."

Les femmes peuvent-elles vraiment lutter ? 

“Lorsque j'ai commencé à lutter, il y avait beaucoup de préjugés. J'ai souvent entendu que je ne devrais pas faire ce sport et que je ne pouvais pas le faire. En tant que femme, j'ai démontré ce que que pouvais faire en ignorant ce qui était dit, sans jamais abandonner, en croyant en moi, sans jamais m'arrêter et en m'entraînant avec passion.”

Yasemin est un modèle pour toutes les femmes de Turquie qui souhaitent s'engager dans la lutte.

Après les succès de Yasemin, de nombreux "clubs de lutte féminine" se sont ouverts en Turquie.

De nombreuses filles souhaitent la suivre et atteindre le sommet comme elle. Yasemin Adar a mis l'accent sur cela dans son discours : “Je crois aujourd'hui que je menais mon combat pour une nouvelle génération de lutteuses. Je suis monté sur les tapis pour leur ouvrir la voie.”

Un nom légendaire aux Jeux Olympiques

La cérémonie aura été marquée par un autre discours significatif, de la part d'une femme qui pensait exactement comme Yasemin, il y a des années, ouvrir la voie pour les femmes : Nawal El Moutawakel, marocaine, et première femme athlète africaine médaillée d'or aux Jeux Olympiques, en l'occurrence ceux de Los Angeles en 1984.

Nawal El Moutawakel, anciennement Vice-présidente du Comité Olympique International et deux fois Ministre des sports et de la jeunesse du Maroc, est une figure légendaire des Jeux Olympiques. Elle est aujourd'hui une figure majeure de la communauté olympique internationale.

“Lorsque j'ai participé aux Jeux de 1984, personne ne me connaissait et personne ne croyait en moi,” a-t-elle déclaré dans son discours.

Nawal El Moutawakel a lutté pour la libération des femmes dans le sport pendant sa brillante carrière.

“C'est grâce au sport que je me trouve ici aujourd'hui,” a-t-elle ajouté. Nawal El Moutawakel, qui a ouvert la voie aux femmes athlètes musulmanes dans les années 80, et Yasemin Adar, moteur de la lutte féminine en Turquie, ont été réunies grâce au Prix Mustafa Koç. Les regarder et les écouter fut un plaisir pour toutes les personnes présentes.

Lutte Féminine

Lutteuse de l'année, Mensah illumine le classement mondial de lutte féminine

By Andrew Hipps

CORSIER-SUR-VEVEY, Suisse (le 1er avril) – Après une éblouissante année 2019 couronnée par le prix United World Wrestling de Lutteuse de l'année, Tamyra MENSAH (USA) ouvre sa saison 2020 en première place du classement mondial de lutte féminine dans la catégorie des 68kg.

Mensah, championne du monde en titre de la catégorie, détient la plus grande quantité de points (92) toutes catégories de lutte féminine incluses, et est l'une des deux Américaines classées premières mondiales - Adeline GRAY, quintuple championne du monde, est en tête du classement des 76kg.

Dominateur de la lutte féminine mondial, le Japon place 5 athlètes dans le top 10 de leurs catégories de poids respectives, dont les deux championnes olympiques 2016 Risako KAWAI (No.1 en 57kg) et Sara DOSHO (No.10 en 68kg).

Les finalistes des mondiaux de Noursoultan Vuc et Stadnik au sommet des 50kg
50kg, Emilia VUC (ROU) et Mariya STADNIK (AZE), qui avaient disputé la finale des 50kg du championnat du monde de Noursoultan en 2019, sont au sommet de classement mondial. Vuc, vice-championne du monde, avait concédé la défaite face à Stadnik. Début 2020, elle a remporté l'argent au Matteo Pellicone et s'est placée septième au championnat d'Europe. Stadnik, triple médaillée olympique, avait récolté son second titre mondial ainsi que sa sixième médaille en championnat du monde à Noursoultan.

Oksana LIVACH (UKR), médaillée mondiale de bronze en 2018, sortit cinquième en 2019 et est actuellement classée No.3 après avoir médaillé au Matteo Pellicone (bronze) et au championnat d'Europe (argent).

Egalement médaillée mondiale de bronze en 2019, Valentina ISLAMOVA BRIK (KAZ) est classée No.4 grâce à la médaille de bronze qu'elle a obtenue au championnat d'Asie 2020.

Top 10 des 50kg
1. Emilia VUC (ROU) - 66
2. Mariya STADNIK (AZE) - 60
3. Oksana LIVACH (UKR) - 50
4. Valentina ISLAMOVA BRIK (KAZ) - 39
5. Evin DEMIRHAN (TUR) - 32
6. Victoria ANTHONY (USA) - 30
7. Devi NIRMALA (IND) - 26
8. Ekaterina POLESHCHUK (RUS) - 25
--- hors concours du top 4 ---
9. Yanan SUN (CHN) - 20
10. Miglena SELISHKA (BUL) - 20

La championne du monde Pak reste No.1 des 53kg, Mukaida deuxième
La championne du monde PAK Yong (PRK) a vaincu deux fois Mukaida en 2019, dernièrement en victoire par supériorité technique lors de la finale des mondiaux de Noursoultan. Pak et Mukaida sont classées respectivement première et deuxième de la catégorie de poids des 53kg, séparées de quatre points seulement ; Mukaida s'est saisie de l'argent d'Asie lors du championnat de cette année.

Médaillée mondiale de bronze, VINESH (IND) fait une saison remarquable et a médaillé au Matteo Pellicone et au championnat d'Europe ; elle se place à la troisième place du classement mondial.

Luisa VALVERDE MELENDRES (ECU), classée 4ème, a récemment remporté l'or du championnat panaméricain d'Ottawa après une médaille d'argent au Matteo Pellicone. Médaillée mondiale de bronze à Noursoultan et de bronze aussi au Matteo Pellicone, Qianyu PANG (CHN) clôt le top 5 des 53kg.

Top 10 des 53kg
1. Yong PAK (PRK) - 60
2. Mayu MUKAIDA (JPN) - 56
3. Vinesh VINESH (IND) - 55
4. Luisa VALVERDE MELENDRES (ECU) - 50
5. Qianyu PANG (CHN) - 37
6. Maria PREVOLARAKI (GRE) - 32
7. Vanesa KALADZINSKAYA (BLR) - 32
--- hors concours du top 4 ----
8. Lianna de la Caridad MONTERO HERRERA (CUB) - 30
9. Roksana ZASINA (POL) - 20
10. Tatyana AKHMETOVA AMANZHOL (KAZ) - 18

Kawai sécurise la tête de série No.1 pour les JO de Tokyo
Kawai, championne du monde et championne olympique en titre, s'est assurée la tête de série No.1 pour les Jeux Olympiques de Tokyo en remportant sa quatrième médaille d'or d'Asie. La star japonaise de 25 ans a également remporté son troisième titre mondial en se défaisant de la championne du monde Ningning RONG (CHN).

Médaillée de bronze à Noursoultan, Odunayo ADEKUOROYE (NGR) occupe largement la seconde place du classement mondial des 57kg mais reste à 17 points derrière Kawai. Adekuoroye, trois fois médaillée mondiale, a réalisé un beau début de saison 2020, remportant l'or du Pellicone et son sixième titre africain.

Iryna KURACHKINA (BLR), médaillée de bronze en 2017 et 2019, n'est qu'à un seul point de Rong pour la troisième place de la catégorie. Kurachkina s'était emparée du bronze au championnat d'Europe de février dernier, sa troisième médaille européenne d'affilée.

Top 10 des 57kg
1. Risako KAWAI (JPN) - 78
2. Odunayo ADEKUOROYE (NGR) - 61
3. Iryna KURACHKINA (BLR) - 41
4. Ningning RONG (CHN) - 40
5. Giullia RODRIGUES PENALBER DE OLIVEIRA (BRA) - 34
6. Marina SIMONYAN (RUS) - 32
7. Grace BULLEN (NOR) - 32
8. Anshu ANSHU (IND) - 30
9. Alina AKOBIIA (UKR) - 30
--- hors concours du top 4 ---
10. Jowita WRZESIEN (POL) - 20

La première championne du monde kirghizeTynybekova reste No.1 des 62kg
Aisuluu TYNYBEKOVA (KGZ) avait écrit l'histoire en septembre dernier, devenant la première lutteuse kirghize à décrocher un titre senior mondial par sa médaille d'or en catégorie des 62kg. Tynybekova a continué sur sa lancée en 2020, remportant le Pellicone ainsi que le bronze du championnat d'Asie. Elle détient la seconde place en quantité de points récoltés toutes lutteuses confondues et a sécurisé la tête de série No.1 pour les JO de Tokyo. 

Six fois médaillée mondiale, Taybe YUSEIN (BUL), vice-championne à Noursoultan face à Tynybekova, est classée deuxième des 62kg. Championne du monde en 2018, elle est repartie avec le bronze du championnat d'Europe 2020, sa septième médaille européenne en tout.

Yuliia TKACH OSTAPCHUK (UKR), championne du monde en 2014 et quatre fois médaillée mondiale, est classée No.3 des 62kg après l'or du championnat d'Europe. Yukako KAWAI (JPN), médaillée mondiale de bronze, avait vaincu Tynybekova pour s'approprier l'or du championnat d'Asie.

Top 10 des 62kg
1. Aisuluu TYNYBEKOVA (KGZ) - 90
2. Taybe YUSEIN (BUL) - 56
3. Yuliia TKACH OSTAPCHUK (UKR) - 50
4. Yukako KAWAI (JPN) - 43
5. Kayla MIRACLE (USA) - 26
6. Mariana CHERDIVARA ESANU (MDA) - 26
7. Henna JOHANSSON (SWE) - 25
--- hors concours du top 4 ---
8. Marianna SASTIN (HUN) - 20
9. Jong RIM (PRK) - 20
10. Marwa AMRI (TUN) - 18

Mensah tête de série No.1 pour les JO en 68kg
La championne du monde en titre Tamyra Mensah a vérouillé la tête de série No.1 pour les Jeux Olympiques de Tokyo. Médaillée d'or à Noursoultan, Mensah a enchaîné sur l'argent du Matteo Pellicone et l'or du panaméricain, où sa performance fut récompensée par le prix de Lutteuse d'exception grâce à trois victoires par tombé et une par supériorité technique.

Classée No.2 des 68kg, la Nigérianne Blessing OBORUDUDU (NGR) a remporté cette année son dixième titre de championne d'Afrique, écrasant ses adversaires 40 à rien. Oborududu a également obtenu le bronze au championnat d'Europe 2020. Championne du monde et médaillée olympique, Jenny FRANSSON (SWE), vice-championne face à Mensah au championnat du monde de Noursoultan, occupe la troisième place du classement mondial de la catégorie.

Top 10 des 68kg
1. Tamyra MENSAH (USA) - 92
2. Blessing OBORUDUDU (NGR) - 48
3. Jenny FRANSSON (SWE) - 40
4. Anna SCHELL (GER) - 39
5. Alla CHERKASOVA (UKR) - 36
6. Divya KAKRAN (IND) - 28
7. Danielle LAPPAGE (CAN) - 26
8. Battsetseg SORONZONBOLD (MGL) - 25
9. Koumba LARROQUE (FRA) - 24
--- hors concours du top 4 ---
10. Sara DOSHO (JPN) - 20

La quintuple championne du monde Adeline Gray toujours No.1 des 76kg
Gray, quintuple championne du monde, est classée No.1 des 76kg et part en quête de sa première médaille olympique. Elle a atteint la finale du championnat panaméricain au mois de mars, où elle a dû déclarer forfait pour blessure et se contenter de l'argent.

Hiroe MINAGAWA SUZUKI (JPN), médaillée d'argent au championnat du monde de Noursoultan, a décroché l'or d'Asie lors du championnat et détient la deuxième place derrière Gray.

Aline ROTTER FOCKEN (GER), championne du monde en 2014, est depuis plusieurs années au sommet du classement mondial et se situe actuellement en troisième place du classement des 76kg. Elle s'est saisi du bronze à Noursoultan et obtient cette année de bons résultats : bronze au Matteo Pellicone, ainsi qu'au championnat d'Europe.

Médaillée de bronze du championnat d'Asie, Elmira SYZDYKOVA (KAZ) occupe la quatrième place tandis que Qian ZHOU (CHN), vice-championne au Pellicone, clôt le top 5 de la catégorie.

Top 10 des 76kg
1. Adeline GRAY (USA) - 76
2. Hiroe MINAGAWA SUZUKI (JPN) - 58
3. Aline ROTTER FOCKEN (GER) - 53
4. Elmira SYZDYKOVA (KAZ) - 44
5. Qian ZHOU (CHN) - 34
6. Erica WIEBE (CAN) - 30
--- hors concours du top 4 ---
7. Epp MAEE (EST) - 25
8. Vasilisa MARZALIUK (BLR) - 24
9. Ekaterina BUKINA (RUS) - 20
10. Hui Tsz CHANG (TPE) - 18