#JapanWrestling

La star japonaise Kawai annonce la naissance de son premier enfant

By Ken Marantz

TOKYO (12 mai)---La star japonaise Risako KAWAI (JPN), qui n'a pas concouru depuis qu'elle a remporté un deuxième titre olympique consécutif l'été dernier à Tokyo, a annoncé de manière surprenante sur Instagram qu'elle avait récemment donné naissance à son premier enfant.

Kawai, 27 ans, triple championne du monde et médaillée d'or aux Jeux olympiques de Tokyo dans la catégorie des 57 kg, a écrit qu'elle avait donné naissance à une fille le 10 mai. Le nom du bébé et d'autres détails n'ont pas été mentionnés.

Kawai a exprimé sa gratitude envers les médecins et le personnel médical qui l'ont accompagnée de la grossesse à l'accouchement, ainsi qu'envers les nombreuses personnes qui lui ont apporté leur soutien, ajoutant : "À partir de maintenant, tout ce que je vais affronter sera une inconnue pour moi, mais je veux grandir en tant que personne aux côtés de ma famille."

La victoire de Kawai à Tokyo est survenue un jour après que sa sœur cadette Yukako a remporté le titre de championne des 62 kg, et la combinaison d'or des deux sœurs accroît de façon exponentielle leur notoriété nationale. Les deux sœurs sont devenues des invitées régulières de talk-shows et d'émissions de variétés, profitant au maximum de l'occasion.

Mais ni l'un ni l'autre n'est revenu à la compétition depuis, et pour Risako, la raison en est devenue claire.

Un peu moins d'un mois après son triomphe olympique, Kawai a annoncé le 27 août qu'elle avait épousé Kiryu KINJO (JPN), un ancien lutteur des Forces d'autodéfense du Japon. Les deux étaient ensemble depuis cinq ans, et elle a reconnu qu'il l'avait motivée et aidée à remporter un deuxième titre olympique.

Le couple vit dans la préfecture de Fukui, où Kinjo est maintenant professeur et entraîneur de lutte dans son école secondaire de Tsuruga Kehi. Ils n'ont pas annoncé la grossesse, et Kawai serait retournée chez elle dans la préfecture voisine d'Ishikawa pour accoucher, ce qui est courant au Japon.

Kawai, qui a remporté l'or en 63 kg aux Jeux olympiques de Rio en 2016, a eu un chemin difficile pour gagner à nouveau à Tokyo. En descendant à 57 kg, elle s'est retrouvée sur une trajectoire de collision avec la quadruple championne olympique Kaori ICHO (JPN).

Les deux se sont affrontées à quatre reprises au cours du processus de qualification qui a attiré l'attention du monde entier, Kawai l'ayant emporté trois fois et ayant finalement obtenu une place dans l'équipe du Japon pour les Championnats du monde 2019 à Nur-Sultan, où elle a remporté sa troisième médaille d'or mondiale consécutive et obtenu une place pour les Jeux olympiques de Tokyo.

Lors d'une cérémonie aux championnats All-Japan en décembre dernier pour honorer les médaillés olympiques japonais, Kawai a exprimé son intention de tenter de remporter un troisième titre olympique aux Jeux de Paris 2024.

"J'aurai 30 ans l'année des [Jeux olympiques] de Paris", avait déclaré Kawai à l'époque. "Je vais probablement devoir supporter d'autres blessures, alors je vais garder cela à l'esprit. Je vais m'entraîner afin d'être prête à revenir à tout moment. Je veux fixer mes objectifs tout en gardant un œil sur ma condition physique."

Comme prévu, la récente naissance a empêché Kawai de participer au prochain All-Japan Invitational Championships en juin, ce qui l'empêche de participer aux Championnats du monde de cette année à Belgrade. Le nom de Kawai ne figurait pas sur la liste des participants publiée vendredi par la Japan Wrestling Federation pour le tournoi, qui est le deuxième tournoi national de qualification pour les championnats du monde.

Sankei Sports, citant une source anonyme, a rapporté que Kawai visera les Championnats All-Japan en décembre, qui seront la première étape du processus de qualification pour les Jeux Olympiques de Paris. Ce tournoi servira de première qualification pour les Championnats du monde 2023, où seront attribuées les premières places pour Paris 2024.

Le quotidien sportif précise que la mère de Kawai, Hatsue, double championne nationale de lutte, aidera à s'occuper du bébé, libérant ainsi du temps pour l'entraînement de Risako.

Contrairement au passé, la maternité n'est plus un obstacle empêchant une femme de poursuivre sa carrière sportive. Parmi les lutteuses de haut niveau, la quadruple médaillée olympique Mariya STADNIK (AZE) a un garçon et une fille, et la médaillée de bronze de Tokyo Vanessa KALADZINSKAYA (BLR) a un fils. Adeline GRAY (USA), qui a remporté un sixième titre mondial l'année dernière à Oslo, attend des jumeaux.

#WrestleRome

Matteo Pellicone, aperçu de la lutte libre

By Vinay Siwach

ROME, Italie (20 juin) -- Il y a un an, Turan BAYRAMOV (AZE) était l'un des lutteurs les plus actifs au monde. Il a participé à huit compétitions, dont les Jeux olympiques, trois championnats du monde et deux compétitions continentales. Il semblait que Bayramov serait le lutteur attitré de l'Azerbaïdjan en 74 kg.

Mais au début de 2022, Bayramov est tombé sur Dzhabrail GADZHIEV (AZE) au tournoi Dan Kolov en Bulgarie. Bien que la finale n'ait pas été riche en action, Gadzhiev a marqué deux points techniques contre un de Bayramov pour remporter l'or.

L'Azerbaïdjan a tout de même envoyé Bayramov aux Championnats européens seniors, où il a remporté le bronze, tandis que Gadzhiev a remporté l'or aux Championnats européens U23.

Khadzhimurad GADZHIYEV (AZE)Khadzhimurad GADZHIYEV (AZE) revient à la compétition après un an. (Photo: UWW / Gabor Martin)

L'Azerbaïdjan participe maintenant à l'événement du Matteo Pellicone Ranking Series à Rome avec les deux athlètes de 74 kg. La lutte se joue maintenant à trois, car Khadzhimurad GADZHIYEV (AZE) revient après un an d'absence pour cause de blessure.

Gadzhiyev avait qualifié l'Azerbaïdjan pour les Jeux olympiques de Tokyo lors des qualifications olympiques européennes, mais il s'est blessé au genou à l'entraînement et Bayramov a pris sa place dans l'équipe. Mais avec les Jeux islamiques en août et les Championnats du monde en septembre, l'Azerbaïdjan fait face à un dilemme avec les trois lutteurs qui tentent de faire partie de la même catégorie de poids.

Gagner l'or à Rome ne sera pas une garantie, car le champion européen et médaillé d'argent mondial Tajmuraz SALKAZANOV (SVK) tentera de remporter sa deuxième médaille d'or consécutive dans les Ranking Series. Il a remporté le titre en 74 kg à la Bolat Turlykhanov Cup à Almaty au début du mois.

Cette catégorie de poids est l'une des plus profondes du monde et l'Azerbaïdjan ne voudra peut-être pas subir un faux pas de sa part aux Championnats du monde en n'envoyant pas son meilleur lutteur à Belgrade.

Horst LEHRHorst LEHR (GER) concourra en 57 kg à Rome. (Photo: UWW / Kadir Caliskan)

C'est dans cet esprit qu'ils ont également inscrit deux lutteurs dans la catégorie des 57 kg. Le champion du monde U23 et médaillé d'argent des Championnats d'Europe Aliabbas RZAZADE (AZE) sera le favori pour remporter l'or à Rome, mais son compatriote Afgan KHASHALOV (AZE) devra être à la hauteur s'il veut faire partie de l'équipe en 57 kg.

Le médaillé de bronze des championnats du monde Horst LEHR (GER) fait son retour à la compétition depuis qu'il est devenu le tout premier champion d'Europe U23 de l'Allemagne en février. Son expérience et son style de lutte unique pourraient perturber le rythme de la paire azerbaïdjanaise.

L'ancien champion du monde U17 Andrii YATSENKO (UKR) aura également à cœur d'être prêt pour la compétition à Rome. Il a participé pour la dernière fois aux qualifications olympiques européennes en mars de l'année dernière.

Les deux grandes stars ukrainiennes, le champion d'Europe junior Erik ARUSHANIAN (UKR) et Vasyl SHUPTAR (UKR) sont inscrits en 65kg. Alors que Shuptar, 31 ans, a participé aux Championnats du monde d'Oslo, un meilleur résultat d'Arushanian pourrait lui permettre de se qualifier pour l'événement de Belgrade.

Mais ce ne sera pas une promenade de santé pour lui, car le champion européen Iszmail MUSZUKAJEV (HUN) vise sa première médaille d'or de l'année dans les Ranking Series. Le Hongrois a battu le médaillé d'argent olympique Haji ALIYEV (AZE) en finale à Budapest.

À part lui, l'ancien champion du monde Beka LOMTADZE (GEO), le médaillé d'argent panaméricain Sebastian RIVERA (PUR), le médaillé de bronze européen U23 Hamza ALACA (TUR) et Ali RAHIMZADE (AZE), qui participe à la compétition pour la première fois depuis Oslo, sont inscrits dans la catégorie des 65 kg.

Haji ALIYEV (AZE)Haji ALIYEV (AZE) passera en 70 kg pour le Matteo Pellicone. (Photo: UWW / Kadir Caliskan)

Aliyev avait l'occasion de venger sa défaite de Budapest contre Muszukajev mais a fait un saut en 70kg pour le tournoi. Aliyev a lutté dans cette catégorie de poids une fois auparavant, lors de l'Open Ranking Series de Pologne en 2021. Il a fini par gagner le bronze.

S'il veut remporter l'or maintenant, il devra passer par deux lutteurs rusés, le champion européen Zurabi IAKOBISHVILI (GEO) et le médaillé d'argent des championnats du monde et d'Asie Ernazar AKMATALIEV (KGZ).

Le Géorgien n'a pas concouru depuis sonFor Azerbaijan, world bronze medalists Abubakr ABAKAROV (AZE) and Osman NURMAGOMEDOV (AZE) will be the favorite to win the 86kg and 92kg respectively. titre en 70 kg à Budapest, après avoir remporté le bronze au Yasar Dogu Ranking Series au début de l'année.

Akmataliev n'a pas remporté de médaille à Istanbul mais est revenu pour remporter l'argent aux Championnats d'Asie. Il s'est incliné 4-3 en finale contre Taishi NARIKUNI (JPN). Mais Akmataliev cherchera maintenant à remporter sa deuxième médaille d'or des Ranking Series après avoir remporté la première médaille à Almaty.

Pour l'Azerbaïdjan, les médaillés de bronze mondiaux Abubakr ABAKAROV (AZE) et Osman NURMAGOMEDOV (AZE) seront les favoris pour remporter les 86kg et 92kg respectivement.

Alors que le médaillé d'argent européen Abakarov a Boris MAKOEV (SVK) et le champion du monde U23 Mukhmammed ALIIEV (UKR) comme principaux adversaires, Nurmagomedov pourrait affronter Erhan YAYLACI (TUR).

Les deux lutteurs se sont affrontés lors des Championnats d'Europe U23 de 2021 et Nurmagomedov avait pratiquement scellé la médaille d'or. Dans la dernière seconde, il a eu recours à la distance avec Yaylaci et sur l'attaque finale du lutteur turc, Nurmagomedov a commis une simple traction. Le point de pénalité lui a coûté le titre continental.

Le tableau des 97 kg pour Rome peut être qualifié de mini championnat d'Europe. Les six meilleurs lutteurs de Budapest sont tous inscrits à Rome, avec en tête le médaillé d'or Magomedkhan MAGOMEDOV (AZE). Vladislav BAITSAEV (HUN), médaillé d'argent à Budapest, cherchera à prendre sa revanche si les deux lutteurs se rencontrent sur le tapis.

Les deux médaillés de bronze Batyrbek TSAKULOV (SVK) et Zbigniew BARANOWSKI (POL) chercheront également à inverser les résultats de Budapest. Le lutteur slovaque avait perdu contre Baitsaev au premier tour tandis que Baranowski avait subi une défaite en demi-finale contre Magomedov.

Dans les combats pour la médaille de bronze, Tsakulov, qui a remporté l'or à la Bolat Turlykhanov Cup, a battu Erik THIELE (GER), tandis que Baranowski s'est débarrassé du vétéran Elizbar ODIKADZE (GEO).

Mais en participant à son premier événement Ranking Series depuis 2018, Odikadze espère prolonger son record parfait lors de ces tournois. En 2018, il a remporté l'or lors des deux événements de Ranking Series.

Geno PETRIASHVILI (GEO)Geno PETRIASHVILI (GEO) sera le favori pour remporter l'or en 125kg à Rome. (Photo: UWW / Kadir Caliskan)

Une autre star géorgienne et médaillé d'argent olympique Geno PETRIASHVILI (GEO) est le favori pour remporter l'or chez les 125kg. Après avoir perdu contre Taha AKGUL (TUR) en finale des Championnats d'Europe, Petriashvili aimerait retrouver le chemin de la victoire avant le grand événement de septembre.

Mais Robert BARAN (POL) pourrait avoir d'autres idées. Dans une demi-finale palpitante aux Championnats d'Europe, Baran a réussi à tenir tête à Petriashvili pendant la majeure partie du temps. Il a finalement subi une défaite 2-1 mais à Rome, il se soutiendra pour inverser le résultat.

Le médaillé d'argent des championnats du monde U23 Azamat KHOSONOV (GRE) et l'ancien champion d'Europe U23 Anil KILICSALLAYAN (TUR) pourraient monter sur le podium.

Chez les 79 kg, le champion d'Europe U23 et senior Georgios KOUGIOUMTSIDIS (GRE) sera à surveiller car il tentera de prouver que ses deux titres continentaux en deux mois n'étaient pas des coups de chance.

La lutte libre commence vendredi et peut être regardée en direct sur uww.org.