#ChinaOpen2018

La championne du monde Tkach remporte l'Open de Chine et sa première médaille d'or de l'année

By Eric Olanowski

TAIYUAN, Chine (le 23 juin) - Yuliia TKACH (UKR), championne du monde 2014 et seconde de l'Open Klippan Lady, a arrêté BAO Lingling (CHN) 4-1 en finale des 62kg, décrochant sa première médaille d'or de l'année.

“J'ai réfléchi aux erreurs que j'ai commises à l'Open Klippan Lady et voulais juste gagner ici. C'est de la lutte, et la lutte est ma vie et mon travail. J'aime la lutte et suis heureuse d'avoir pris la première place.” 

La passivité de Tkach en première période de la finale l'a mise à la traîne 1-0 avant la pause.  La triple championne olympique a commenté, “Il fallait commencer à lutter si je voulais gagner.” 

La dauphine de l'année passée s'est réveillée en deuxième période, marquant quatre points grâce à un ramassement de jambe intérieur suivi d'un croisillon. “En général, je pense avoir été aggressive. Pas tellement en première période, mais dans la deuxième c'était "vas-y-vas-y-vas-y", et j'ai pu gagner.” 

En 68kg, la lutteuse ukrainienne Alla CHERKASOVA (UKR) a rejoint Tkach dans le groupe des médaillées d'or en coinçant Xiaoqian WANG (CHN) lors de la seconde rencontre de la nuit entre la Chine et l'Ukraine.  

 

La Chine a décroché trois médailles d'or lors du dernier jour de la compétition de Taiyuan, pour un total de quatre titres acquis pendant le tournoi. 

TANG Chuying (CHN) s'est saisie, pour la nation hôte, de la première médaille d'or, écrasant Mariia KUZNETSOVA (RUS) 11-0 en finale des 65kg.
 
En première période, Tang menait 1-0 avant d'aligner un ramassement de jambe simple par dessous suivi de deux croisillons. La lutteuse chinoise menait 7-0 à l'entrée de la seconde période. 

Tang a terminé le match avec une projection à quatre points, remportant la victoire par supériorité technique 11-0 et donnant à la Chine sa seconde médaille d'or du tournoi. 

La deuxième médaille du jour pour la Chine est allée à WANG Juan (CHN) à l'issue du tournoi nordique des 72kg, la quatrième victoire de la journée pour Wang, dont une par ceinture avant et projection en demi-souplesse sur la Japonaise Masako FURUICHI (JPN). 

Dans le combat final du tournoi, un amené à terre par Paliha PALIHA’s (CHN), en seconde période, lui a permis d'arrêter sa compatriote HUANG Yuanyuan (CHN) 3-1 en 76kg, délivrant ainsi à la Chine sa quatrième médaille d'or de la compétition. 

RÉSULTATS PAR ÉQUIPES 
OR – Chine (210 points)
ARGENT – Russie (119 points)
BRONZE – Japon (110 points)
Quatrième – Corée (90 points)
Cinquième – Ukraine (65 points)

RÉSULTATS
62kg (Une médaille de bronze)
OR - Yulia TKACH (UKR) df. BAO Lingling (CHN), 4-1

BRONZE - CUI Fengfeng (CHN) df. HANG Jungwon (KOR), 5-1 

65kg (Une médaille de bronze)
OR -  Chuying TANG (CHN) df. Mariia KUZNETSOVA (RUS), 11-0

BRONZE - Na LU (CHN) df. Miwa MORIKAWA (JPN), 6-4

68kg (Une médaille de bronze)
OR - Alla CHERKASOVA (UKR) df. WANG Xiaoqian (CHN), par tombé 

BRONZE - QIN Suning (CHN) df. WANG Jiao (CHN), 12-2

72kg (Une médaille de bronze)
OR - WANG Juan (CHN)
ARGENT - Masako FURUICHI (JPN)
BRONZE - WANG Kunming (CHN)

76kg (Une médaille de bronze)
OR - Paliha PALIHA (CHN) df. Yuanyuan HUANG (CHN), 3-1

BRONZE - Zsanett NEMETH (HUN) df. Eunju HWANG (KOR), 6-1

#WrestleOslo

Catégorie de poids à suivre à Oslo : lutte libre 61kg

By Vinay Siwach

CORSIER-SUR-VEVEY, Suisse (le 28 septembre) -- Lorsque la Russie choisissait son équipe pour le championnat du monde, seules deux catégories de poids avaient été confirmées. Il y a tout juste une semaine se déroulaient les sélections d'équipes et une fois encore seulement deux lutteurs se sont vus choisis pour les mondiaux.

L'un était l'évidence même en la personne du double champion olympique Abdulrashid SADULAEV (RUS) en 97kg, l'autre Abasgadhzi MAGOMEDOV (RUS) en 61kg.

Si Sadulaev a été et reste le meneur de l'équipe de lutte libre, Magomedov a obtenu sa place grâce à des performances régulièrement dominantes au niveau international depuis qu'il était en junior.

Magomedov est champion du monde junior, champion d'Europe senior et le vainqueur de la coupe du monde individuelle 2020. Il part favori pour l'or d'Oslo.

Pleine de jeunes lutteurs talentueux face au champion du monde en titre, la catégorie de poids des 61kg promet d'être spectaculaire et les fans pourront en profiter dès le premier jour de la compétition.

Beka LOMTADZE (GEO) sera sur le tapis pour défendre son titre mondial 2019 face au défi lancé par Magomedov et les olympiens Arsen HARUTYUNYAN (ARM) et Stevan MICIC (SRB).

Mais gardez en vue le double champion du monde junior Rahman AMOUZADKHALILI (IRI), le champion du monde junior Daton FIX (USA) et les trois champion du monde des U23 Adlan ASKAROV (KAZ), Ulukbek ZHOLDOSHBEKOV (KGZ) et Toshihiro HASEGAWA (JPN).

Akhmednabi GVARZATILOV (AZE) et RAVINDER (IND), ainsi que Tuvshintulga TUMENBILEG (MGL) les attendent au tournant et sont capables de les renverser.

Lomtadze avait bien tenté de se qualifier pour les JO mais avait échoué lors du qualificatif de la dernière chance. Mais c'était en 65kg. Il sera, à Oslo, de retour dans sa catégorie favorite mais il n'est plus tout jeune et conserver son titre risque d'être difficile.

Amouzadkhalili a, de nouveau, démontré pourquoi il est tenu en si haute estime autour du monde lors de l'obtention de son second titre mondial junior à Ufa, rencontrant peu ou pas de résistance. Sa lutte d'attaque et composée le rend, pour ses adversaires, difficile à arrêter lorsqu'il lance des actions gagnantes dans des situations complexes.

Il constitue également le grand espoir de l'Iran pour le futur de la catégorie de poids des 65kg et ce championnat du monde offrira une vision claire de ce que l'on peut attendre de lui.

Fix remettra sur le tapis la rivalité qui l'oppose à Magomedov depuis leur rencontre aux mondiaux cadets il y a six ans, un combat remporté de peu par Magomedov 3-2.

Fix a facilement remporté les sélections US et peut croire pouvoir se défaire de chacun de ses adversaires d'Oslo, mais ses problèmes de perte de poids et la montée en puissance de jeunes lutteurs qu'il n'a jamais affrontés pourraient constituer un problème.

L'un de ces jeunes lutteurs est Zholdobeshkov, médaillé d'or aux mondiaux U23 en 2019. Bien qu'il soit irrégulier, sa médaille d'or du championnat d'Asie et son expérience en compétitions majeures lui donnent un avantage certain. Askarov aussi a su faire preuve d'exception récemment, avec une médaille d'argent au championnat d'Asie et une autre au Yasar Dogu.

Hartunyan détient une victoire sur Lomtadze et était sur les tapis de Tokyo. Sa capacité d'action alors qu'on ne l'attend plus est à garder en mémoire.

Le trajet de Magomedov à Oslo déterminera également comment il projette de lutter dans le futur, mettant au défi le champion du monde 2019 Gazdhimurad RASHIDOV (RUS) en 65kg. Avec d'autres lutteurs de la catégorie des 61kg, lui et plusieurs de ses compatriotes tenteront de représenter leurs pays aux Jeux Olympiques de Paris en 2024.

Inscriptions en lutte libre 61kg :

Arsen HARUTYUNYAN (ARM)
Akhmednabi GVARZATILOV (AZE)
Andrei BEKRENEU (BLR)
Alibeg ALIBEGOV (BRN)
Georgi Valentinov VANGELOV (BUL)
Arman Norik ELOYAN (FRA)
Beka LOMTADZE (GEO)
Nico MEGERLE (GER)
Ravinder RAVINDER (IND)
Rahman Mousa AMOUZADKHALILI (IRI)
Toshihiro HASEGAWA (JPN)
Adlan ASKAROV (KAZ)
Kenneth KOECH (KEN)
Ulukbek ZHOLDOSHBEKOV (KGZ)
Sunggwon KIM (KOR)
Chakir ANSARI (MAR)
Leomid COLESNIC (MDA)
Tuvshintulga TUMENBILEG (MGL)
Eduard GRIGOREV (POL)
Ivan GUIDEA (ROU)
Abasgadzhi MAGOMEDOV (RUS)
Stevan Andria MICIC (SRB)
Emrah ORMANOGLU (TUR)
Yaroslav HURSKYY (UKR)
Daton FIX (USA)